Plonger au Cap Vert avec Dive Tribe

Par mercredi 7 juin 2017 , ,

Cela faisait longtemps que j’avais envie de visiter le Cap Vert. J’imaginais des paysages fantastiques sur ces îles volcaniques en proie aux courants et vents violents de l’Atlantique.

 

Certes sous des latitudes plutôt agréables (au large du Sénégal), le Cap Vert n’est pas la destination où vous ferez bronzette sous une chaleur étouffante. Amateurs de graisse à traire et de monoï, passez votre chemin !

 

Sans protection aucune face aux caprices de l’Atlantique, le climat est très changeant au Cap Vert. Brouillard matinal, grand soleil, pluie diluvienne, puis grand soleil et vent violent qui sèche tout comme un gros ventilateur. Je prends ma petite laine, non j’ai chaud je l’enlève, non finalement le vent est frais… Conseil numéro un pour votre valise : prenez une veste en GoreTex. C’est imperméable, ça coupe le vent et cela ne tient pas chaud.

 

 

Après atterrissage à l’aéroport international Cesária Évora au sud-ouest de l’île São Vicente, une navette nous conduit à notre Hôtel Foya Branca à dix minutes de là. Un ‘resort’ sans grand charme avec des ‘all inclusive’ qu’on reconnait à leur bracelet fluo au poignet. On ne s’attardera pas sur l’hôtel bétonné, la pelouse en plastique qui borde la piscine. C’est propre, le personnel est aimable, cela fait le job et c’est tout ce que l’on demande à ce prix-là. Nous ne sommes pas venus pour buller dans un 5 étoiles…

 

Car la raison qui m’a conduite au Cap Vert c’est la plongée.

 

Erwan et Cédric, les deux frangins patrons de l’école Plongéquilibre se sont associés à un couple d’amis portugais pour ouvrir un centre au Cap Vert : Dive Tribe. Nous partons donc avec une quinzaine d’autres élèves de Paris pour découvrir leur nouveau bébé. Dive Tribe a deux emplacements sur l’Ile de São Vicente, un à l’Hôtel Foya Branca et un à Mindelo (la capitale de l’île, à une douzaine de km de notre hôtel).

 

Le gros avantage de l’hôtel Foya Branca c’est la navette gratuite qui effectue des allers-retours toutes les heures entre l’hôtel et Mindelo (environ 20 min) jusqu’à tard le soir. On peut donc plonger à Mindelo, rentrer se changer à l’hôtel, diner et sortir le soir à Mindelo, c’est facile.

 

Les Capverdiens disent que la plage qui longe l’hôtel Foya Branca, est la plus belle de l’île. A gauche le petit village de pêcheurs de São Pedro, à droite les falaises abruptes dominées par le phare abandonné. Quand les rouleaux se cassent sur la plage, le sable blanc est zébré par le sable noir volcanique.

 

 

Pour les plongées depuis le Foya Branca, le départ s’effectue depuis la plage sur des petits bateaux de pêcheurs.

 

 

Les fonds marins ne ressemblent à rien de ce que j’avais vu auparavant. La géologie est fracturée, créant des criques et des grottes de pierre volcanique noire. L’eau froide et le courant puissant donnent une ambiance incroyable sous l’eau, certaines plongées sont un peu rock ‘n roll !

 

 

 

Des poissons trompette, des raies, des murènes, des crustacés immenses, des coraux mous jaunes en grappe comme du mimosa, des chenilles (urticantes…), on ne s’en lasse pas. Jugez par vous-même !

 


Les plongées depuis Mindelo se font aussi en bateau. On part de la marina sur une embarcation plus puissante et le matériel est chargé sur un bateau de pêcheur qui suit.

 

 

Les contours du gros rocher noir au large de la baie, le djéu, offrent des plongées insolites.

 

Le contraste est saisissant dans la baie, les immenses navires porte-containers côtoient les petits bateaux de pêcheurs locaux.

 

 

 

On peut même plonger sur une épave, le São Macario, dans la baie de Mindelo.

 

 

Ari, l’explorateur subaquatique capverdien, connait les fonds sous-marins et les courants comme sa poche. C’est lui qui a découvert tous ces spots de plongée.

L’équipe est top avec Sydney, Marcos ou encore Solange qui parle un français impeccable.

Le matériel est en bon état, vous plongez en sécurité, les instructeurs sont pros et attentifs à tous les détails, l’ambiance est conviviale, bref ce n’est pas l’usine !

 

 

Si vous n’aimez que les eaux chaudes, la mer d’huile et les plages ensoleillées, ne venez pas au Cap Vert.

Par contre, si vous êtes curieux, vous vous sentez l’âme exploratrice, vous voulez en prendre plein les yeux dans un endroit insolite et encore sauvage, alors vous allez vous éclater ! Oui, vous allez vous cailler (combinaison longue de 5 mm obligatoire) et peut-être même que vous poserez la main sur une chenille urticante (vous ne ferez cette erreur qu’une fois…) mais vous aurez du mal à repartir une fois que vous serez devenus de vrais ‘mergulhadores’ capverdiens !

 

 

Vous essayez et vous me dîtes ?

Pas encore de commentaires.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *