Bom dia Mindelo

Par dimanche 30 juillet 2017 , ,

L’ile de São Vicente est une des 10 iles qui constituent l’archipel du Cap Vert, au large du Sénégal.

 

Mindelo, la principale ville de l’île et deuxième plus grande ville de l’archipel, a vu naître Cesária Évora, la diva aux pieds nus qui chantait la morna, la musique capverdienne aux airs de fado portugais.

 

Mindelo fait partie du club des plus belles baies du monde, au même titre que la baie de Halong au Vietnam, la baie de Tadoussac au Québec ou la baie du Mont Saint Michel. La baie de Mindelo forme en effet un demi-cercle presque parfait !

 

 

Climat capricieux, topologie volcanique, ce n’est pas non plus Saint Hélène mais les Capverdiens ont dû s’adapter pour survivre. Cela donne à cette ancienne colonie Portugaise, indépendante depuis 1975, authenticité et charme fou pour quiconque s’y aventure.

 

 

Au carrefour de l’Afrique, de l’Europe et de l’Amérique, les grands explorateurs maritimes portugais avaient pour habitude de faire escale au Cap Vert. On retrouve donc à Mindelo un métissage culturel d’une grande richesse. On y parle un mélange de créole et de portugais, on y écoute funaná et batucada

 

 

On mange aussi délicieusement au Cap Vert. Les produits importés coutent une fortune, alors que vous pourrez manger des langoustes grillées pour trois fois rien !

 

Tous les jours, la navette de notre hôtel à São Pedro nous dépose au centre-ville de Mindelo, devant le bâtiment rose du Palais du Gouverneur et nous nous baladons dans les rues de Mindelo, au gré des rencontres.

 

 

Un peu plus haut, dans la rue en face du lycée, se trouve la maison de Cesária Évora. Tout est Cesária Évora ici, l’aéroport, les rues, les cafés… Elle est même présente sur les billets de banque.

 

 

 

En descendant vers le port, on s’engouffre dans le marché municipal. Citrons verts, piments, cacahuètes, fèves, les étalages nous paraissent exotiques… Ils sont tenus par les femmes, pendant que les hommes jouent aux cartes à quelques pas de là.

 

 

 

 

Nous continuons vers le port, passons devant la boutique officielle du Benfica ! et arrivons à la marina de Mindelo, avec son bar flottant.

 

 

Sur la gauche, se trouve la Tour de Belém. Bâtie en 1920, c’est la réplique de celle construite à Lisbonne 400 ans plus tôt. La capitainerie qui y était installée a déménagé, et la tour va bientôt abriter un musée de la marine.

 

 

Non loin de là, l’odeur ne laisse pas de doute, nous sommes proche du marché aux poissons de Mindelo. Il est bientôt midi et l’agitation est à son comble ici…

 

 

Nous rebroussons chemin, passons devant la belle Casa Figueira qui expose les peintures des artistes locaux, puis marchons jusqu’au port de Mindelo.

 

 

C’est le port duquel nous partons plonger tous les jours. A quelques pas de là, la belle plage de Laginha donne une superbe vue sur la baie. La paillotte Kalimba propose des transats et parasols dont nous n’avons pas réellement profité, il faisait gris ce jour-là.

 

 

Pour notre dernier jour sur l’île, notre ami Ari nous dégotte une voiture de location à un prix défiant toute concurrence. On ne nous demande ni notre nom, ni permis, ni assurance, hop, nous voici partis en route pour le centre de l’île et le Monte Verde.

 

 

Perché à 750 mètres d’altitude dans le brouillard, le Monte Verde est le point culminant de l’île de São Vicente. Le panorama est grandiose depuis la montagne ; le climat humide et la roche volcanique donnent libre cours à une végétation endémique insolite.

 

 

En continuant notre traversée de l’île, nous rejoignons la côte. La baie des chattes ‘Baia das gatas’ à l’est de l’île est plus calme et nous profitons des plages désertes.

 

 

Un peu plus au sud, à une vingtaine de minutes en voiture, nous faisons une pause à Calhau, un village de pêcheurs qui abrite aussi un club de football !

 

 

Les chemins accidentés aux alentours nous conduisent à des criques désertes, avec là encore des topologies et de la végétation intrigantes.

 

 

Le compositeur et poète Manuel d’Novas disait:

Celui qui ne connaît pas Mindelo ne connaît pas le Cap Vert

 

Nous n’avons pas eu le temps de découvrir les autres îles de l’archipel mais il est certain que Mindelo est une destination authentique. Nous avons contemplé cette terre sauvage et mystérieuse, avons rencontré des gens chaleureux et no stress. Enfin, nous en avons pris plein la vue en plongée !

 

 

Où boire un verre ?

Une petite caipirinha en regardant le soleil se coucher au Floatting Bar de la marina de Mindelo.

 

Une superbock en grignotant des tapas sur la terrasse du Nautilus. Le bâtiment voisin abrite des entrainements de capoeira. Si vous entendez résonner le tambour, passez la tête dans l’entrebâillement de la porte.

 

 

Où manger ?

Une soirée musicale à la Casa Café Mindelo. Ne manquez pas la dégustation de rhum maison : 5 petits shots de rhum coco, mangue, miel, cacahuète, passion… A accompagner d’un chouriço assado (flambé) bien sûr !

 

Pica Pau, incontournable pour goûter à la véritable cachupa (sorte de ragout d’haricots).

 

Kalimba, le beach club branché où vous vous régalerez de brochettes de poissons et crustacés.

 

Chez Loutcha, restaurant un peu vieillot mais où on mange très bien et bien plus qu’à sa faim !

 

 

Comment y aller ?

La TAP dessert l’île de São Vicente (aéroport international Cesária Évora) via Lisbonne quotidiennement.

 

 

Vous essayez et vous me dites ?

 

 

Pas encore de commentaires.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *