Bethléem et premiers pas en Cisjordanie

Par dimanche 5 mai 2019 , ,

En quittant Jérusalem en direction de l’Est, on se retrouve vite au milieu des paysages naturels splendides du désert de Judée. Quelques kilomètres seulement après la sortie de la ville, sur l’autoroute 1 qui descend vers la Mer Morte, on passe le niveau de la mer.

 

 

Nous roulons maintenant à une centaine de mètres en dessous du niveau de la mer, en direction de Jéricho, décrite comme la « ville des palmiers » dans l’Ancien Testament. C’est dans une oasis en plein désert de Judée, à plus de 300 mètres en dessous du niveau de la mer et à proximité du Jourdain que se trouve une des plus anciennes cités du monde : Jéricho.

 

 

Les récits bibliques racontent que les murs de Jéricho se sont effondrés au son des trompettes en corne après le 7e jour de siège des prêtres. Même si cette version est contestée par les historiens, on a trouvé des signes de vie en société datant de 9 000 ans av. JC, soit 11 000 ans en arrière ! Des fouilles archéologiques font encore apparaitre des fortifications qui datent de 8 000 ans avant notre ère. On trouve entre autres la Tour de Jéricho à Tell es-Sultan, un des premiers monuments en pierre de l’humanité.

 

 

 

Il est possible de rejoindre les sommets en téléphérique pour avoir une vue sur toute la vallée de Jéricho.

 

 

« Béthanie au-delà du Jourdain » serait le lieu historique où Jésus a été baptisé par Jean-Baptiste, dans les eaux du Jourdain. On présume que c’est à Al-Maghtas que se situe ce lieu du baptême, sur la ligne de démarcation entre Israël et Jordanie. Le site situé à une dizaine de kilomètres au sud de Jéricho est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2015.

 

 

A une dizaine de kilomètres au sud de Jérusalem se trouve l’agglomération de Bethléem.

 

 

Nous nous arrêtons à l’église du Champ des Bergers. C’est un édifice construit par les Franciscains, situé au sud-est de Bethléem à Beit Sahour. Il marque l’endroit de l’annonce aux bergers, épisode de la nativité de Jésus dans lequel les anges annoncent à un groupe de bergers la naissance du Messie.

 

 

 

Nous nous rendons enfin à Bethléem pour visiter la Basilique de la Nativité. Il s’agit de l’une des plus vieilles églises au monde (environ IVe siècle) bâtie sur le lieu présumé de la naissance de Jésus. La basilique est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2012.

 

 

 

On y entre par la porte de l’humilité de 130 cm de haut, pour forcer les fidèles à s’incliner mais surtout en réalité pour se protéger de l’entrée de combattants à cheval.

 

 

La nef est somptueuse avec ses colonnades en marbre rose de Bethléem et les mosaïques au sol.

 

 

 

Tout comme le Saint Sépulcre à Jérusalem, la Basilique de la Nativité de Bethléem est source de rivalité fanatique et de cohabitation houleuse. C’est dans un statut quo fragile qu’orthodoxes, arméniens apostoliques et catholiques romains se partagent les lieux.

 

 

Les orthodoxes gardent soigneusement le maitre autel, avec un grand iconoclaste doré. Un peu plus loin, on trouve l’église franciscaine de Sainte Catherine gardée par les catholiques romains. C’est ici qu’a lieu la messe de minuit, la veille de Noël, rediffusée partout dans le monde et à laquelle assiste Mahmoud Abbas et d’autres dignitaires palestiniens.

 

 

 

Sous la basilique se trouve la Grotte de la nativité où Jésus serait né. L’endroit exact est indiqué sous l’autel de la nativité et matérialisé par une étoile en argent à 14 branches (qui représentent les 14 stations du chemin de croix).

 

 

 

De l’autre côté de la grotte, on trouve l’autel de la mangeoire qui marque le lieu où le nouveau-né a été installé dans la mangeoire par Marie.

 

 

 

Non loin de la basilique de la nativité se trouve la Grotte du Lait. Cette grotte creusée dans de la roche de craie blanche très friable a servi à Marie de lieu d’allaitement en sécurité pour Jésus. Selon les récits bibliques, un jour où la Vierge Marie donnait le sein à Jésus elle laissa tomber quelques gouttes de lait sur le sol et la grotte serait devenue entièrement blanche.

 

 

 

En rejoignant Jérusalem, nous longeons le mur de séparation entre Cisjordanie et Israël construit à 2002, sur lequel Banksy a réalisé neuf peintures du côté cisjordanien.

 

 

 

Vous essayez et vous me dîtes ?

 

 

 

Pas encore de commentaires.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *