24 heures à Mexico

Par dimanche 19 novembre 2017 , ,

Perchée à 2300 mètres d’altitude, entourée par le volcan Popocatepéti culminant à plus de 5000 mètres et par trois chaînes de montagnes, Mexico s’étend sur 1 500km2. Pour avoir un ordre de grandeur, c’est 15 fois la superficie de Paris. Le meilleur moyen de se rendre compte de l’immensité de Mexico est de regarder par le hublot à l’atterrissage, c’est gigantesque !

 

Avec ses 21 millions d’habitants, Mexico est la troisième plus grande agglomération du monde après Tokyo et New York. Auparavant connue sous le nom de Mexico D.F. (district fédéral de Mexico), la ville est devenue officiellement en janvier 2016 un état fédéré (le 32ème du pays) sous le nom de Ciudad de Mexico, CDMX pour les intimes.

 

Mexico est immense, il y a bien trop de choses à voir et la circulation est exécrable. L’erreur fréquente est de vouloir tout faire et de se disperser dans toutes les directions. Dans ce cas-là, la visite de la ville peut vite tourner au cauchemar. Vous serez fatigué, agacé et vous n’aurez quasiment rien vu de la ville ! Ciblez plutôt un quartier par journée ou demi-journée.

 

A mon avis, si vous n’avez que très peu de temps à Mexico, une journée doit être consacrée à visiter le centre historique. Dans un rayon de moins d’un kilomètre, vous verrez de très belles pièces d’architecture et pourrez vous balader dans le temps entre temple aztèque, vestiges de la conquête espagnole et constructions ultra-modernes.

 

 

La Torre Latinoamericana (Tour Latino-Américaine)

Le gratte-ciel historique de Mexico donne une vue imprenable sur la ville. Il est possible de monter jusqu’au 43ème étage où se situe une plateforme panoramique, ainsi qu’un bar et un restaurant.

 

 

De là vous pourrez admirer l’architecture du Palacio de Bellas Artes, juste à ses pieds.

 

Le Palacio Bellas Artes (Palais des Beaux Arts)

Célèbre pour son extravagante architecture extérieure art nouveau en marbre blanc, le palais propose une partie musée qui accueille des expositions temporaires mais aussi une salle de spectacle où sont joués régulièrement des pièces, opéras ou ballets.

 

 

La Casa de los Azulejos

Palais construit au XVIIIe, cette maison historique est une très belle œuvre baroque recouverte d’azulejos (carreaux de faïence ibériques) bleus et blancs. Passée de mains en mains au cours des siècles, elle abrite aujourd’hui un restaurant situé sous un grand puits de lumière.

 

 

Le Palacio Postal (Palais Postal)

Le Palais Postal est un joyau architectural, orné de chefs d’œuvres comme l’immense escalier en marbre blanc importé d’Italie, les guichets forgés en bronzes mexicains confectionnés à Florence, l’horloge commandée en Allemagne. Il a été construit au début du XXe siècle pour répondre aux besoins grandissants du service postal mexicain. Le Palais Postal fonctionne encore aujourd’hui comme le siège central de la poste de Mexico.

 

 

Le Café de Tacuba

Etabli dans un ancien couvent de type colonial, la café Tacuba est une institution depuis 1912. Serveurs à l’ancienne, mariachis qui viennent chanter à votre table, le temps d’un café ou bien d’un petit-déjeuner, un voyage vers le passé à ne pas manquer.

 

 

La Catedral Metropolitana de la Asuncion de Maria (Cathédrale métropolitaine de l’Assomption de la Sainte Vierge Marie)

La plus grande cathédrale d’Amérique Latine a été construite en deux temps. D’abord une église, puis jugée trop petite, il fallut presque trois siècles pour parvenir à la construction de la célèbre Cathédrale Métropolitaine au style baroque espagnol. Ses deux tours néoclassiques abritent pas moins de 18 cloches !

L’Autel des Rois recouvert à la feuille d’or et la Chapelle du Christ Saint sont les joyaux de la visite.

 

 

 

La Place de la constitution ou Zócalo

Après la Place Rouge à Moscou, on dit que c’est la seconde place publique la plus grande du monde.

 

 

Le Palacio Nacional (Palais National)

Situé à l’emplacement même du Palais de l’empereur aztèque Moctezuma, le Palais National est aujourd’hui le siège du pouvoir exécutif et abrite les bureaux du Président.

 

 

Dans la cour principale, la fontaine multi-centenaire est couronnée d’une statue en bronze de Pégase, symbole de courage et d’humilité.

Sur les escaliers menant au deuxième étage, vous découvrirez l’immense fresque de Diego Rivera “L’épopée du peuple mexicain”. Réalisée sur plus de 20 ans, l’œuvre murale avait été commandée par José Vasconcelos dans une volonté de rendre accessible l’art au peuple.

Dans une oeuvre engagée, le mari de Frida Kahlo retrace l’histoire du Mexique en critiquant l’exploitation des travailleurs, le clergé, le capitalisme, l’argent, le fascisme, l’armée…

 

 

 

Le Templo Mayor (Grands Temple)

En plein centre-ville, se trouvent les ruines de Tenochtitlan, le plus grand temple de l’empire aztèque. Le Temple Mayor était le centre du monde aztèque, dédié à Huitzilopochtli et Tlaloc, les dieux de la guerre et de l’agriculture. Détruit par les conquistadors pour construire la ville de Mexico, son emplacement avait été oublié. Ce n’est qu’en 1978 lorsque des ouvriers de la compagnie d’électricité de Mexico découvrirent une pierre circulaire sculptée, que des fouilles archéologiques mirent au jour les vestiges du temple. On sait que sa pyramide à double escalier était aussi imposante que la cathédrale adjacente ! On peut aujourd’hui visiter les ruines et un petit musée.

 

 

On quitte maintenant le centre-ville historique de Mexico pour rejoindre le quartier de Chapultepec, en seulement huit stations de métro.

 

Le Musée national d’anthropologie de Mexico

Le Bosque de Chapultepec (Parc de Chapultepec) abrite un petit château mais surtout le Musée national d’anthropologie de Mexico. Considéré comme l’un des plus grands musées du continent américain, c’est l’étape incontournable de votre visite à Mexico. Il est composé de 23 salles disposées autour d’un patio. Le rez-de-chaussée est consacré à l’archéologie et aux civilisations pre-hispaniques du Mexique (Mayas, Aztèques, Olmèques…) alors que l’étage s’attarde sur l’ethnographie des peuples indigènes du Mexique (indiens de Oaxaca…).

Les collections sont riches et variées, comptez trois heures pour une visite moyenne.

 

 

 

 

 

 

 

Il vous reste encore un peu d’énergie ? Comptez quatre stations de métro jusqu’à Balderas pour rejoindre l’Arena Mexico et assister à une rencontre de lucha libre, le catch mexicain. Institution au Mexique, vous oublierez vite la fatigue avec l’ambiance électrique du show !

 

 

Vous essayez et vous me dites ?

Pas encore de commentaires.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *